EMPREINTE - Galerie John Ferrère
EMPREINTE

n.f. (de empreindre) 1. Marque pratiquée en creux ou en relief par l’objet
que l’on presse sur une surface : l’empreinte d’un cachet. 2. Relevé de la forme de
quelque chose avec un matériau plastique ; le moulage ainsi obtenu : prendre l’empreinte
d’une clef. 3. Trace naturelle laissée par le contact, par la pression d’un corps sur une
surface : des empreintes de pas. 4. Marque durable profonde, caractère distinctif : mettre
son empreinte personnelle dans un ouvrage collectif. 5. Marque laissée par les sillons des
pulpes digitales.

8 MARS – 6 AVRIL 2024

SILA CANDANSAYAR
LOUCIA CARLIER
XOLO CUINTLE
FREDERIK EXNER
MATISSE MESNIL
LANA VON THORN

Commissaire : Emma O’Quigley

EMPREINTE : n.f. (de empreindre) 1. Marque pratiquée en creux ou en relief par l’objet
que l’on presse sur une surface : l’empreinte d’un cachet. 2. Relevé de la forme de
quelque chose avec un matériau plastique ; le moulage ainsi obtenu : prendre l’empreinte
d’une clef. 3. Trace naturelle laissée par le contact, par la pression d’un corps sur une
surface : des empreintes de pas. 4. Marque durable profonde, caractère distinctif : mettre
son empreinte personnelle dans un ouvrage collectif. 5. Marque laissée par les sillons des
pulpes digitales.
Appuyer sur…engendrer, générer une forme. Considérée à la fois comme objet autant
que comme processus, l’empreinte agit comme le témoignage visuel d’une matérialité
tangible. S’intéresser à elle, c’est interroger la plus ancienne façon de provoquer des
images, manifeste entre réflexion et acte créatif.
En résonance avec le passé, l’empreinte exprime une temporalité très particulière dans
laquelle présence et absence vivent ensemble. Capture de l’éphémère, elle est le témoin
de l’évolution et de la variation de la matière, trace de milliers d’années de transformation
et de création. En se plaçant comme subtil outil de mémoire, l’empreinte ouvre une
fenêtre sur l’histoire et permet aux souvenirs d’exister. Alors comment l’objet sculptural
peut-il devenir un véritable enregistrement du réel ? François Quintin écrivait à propos du
travail de Katinka Bock que « l’absence est une présence par défaut qui génère toujours
des traces résiduelles, indices d’un passé disparu ».
En portant l’histoire d’une rencontre, l’exposition tente de créer une cartographie
poétique des relations éphémères. C’est en rendant hommage aux moments que les
artistes ont cherché à immortaliser des instants uniques et transitoires. A travers
l’empreinte, le regard se promène au milieu de paysages visuels et de récits personnels
en s’inscrivant dans une trame temporelle et narrative.

(…) Dans les champs printaniers la verdure nouvelle
Et le gazon touffu sur les bords des fossés
Sentiront palpiter et fuir comme des ailes
Les ombres de mes mains qui les ont tant pressés (…)

Anna de Noailles, Le Cœur innombrable, 1901

Emma O’Quigley